Projet

Vie d’enfants

ÉtablissementCollège Pierre Paul Prud’hon

PaysFrance | VilleCluny

Chef d'établissementM. Bourse (chef d'établissement)

Chef de projetMme Aubonnet (chef de projet)

ParticipationClasse(s) |  3e

Nombre d'élèves112 (élèves)

Discipline(s) concernée(s) : Espagnol, Anglais, Education musicale.

Projet pédagogique

Lien avec le projet d'école et/ou le projet d'établissement
Rappel des axes prioritaires de l'établissement
Quel axe est plus particulièrement concerné par votre projet ?

Lien avec les programmes
Domaine d'apprentissage (défini par le socle commun des connaissances et compétences) dans lequel s'inscrivent les compétences travaillées

En espagnol, la séquence intitulée « Vie d’enfants : un monde de contrastes » constitue le point de départ de la réflexion menée autour du droit à être protégé de la violence. Avec l’analyse de la Déclaration des droits de l’enfant en langue espagnole et la présentation de différentes situations d’enfants à travers le monde (Espagne, Équateur et Bolivie), les élèves mobilisent différentes compétences tant dans le domaine de la culture humaniste (avoir des connaissances et des repères relevant de la culture civique ; faire preuve de sensibilité, d’esprit critique et de curiosité) que dans celle de la pratique d’une langue vivante (comprendre le sens général de documents écrits ; savoir repérer des informations dans un texte ; comprendre les points essentiels d’un message oral ; décrire, raconter, expliquer ; réagir à des propositions). Cette séquence permet de mettre en avant les inégalités touchant les enfants en s’attachant principalement à une situation de violence à l’encontre des enfants : le travail des enfants lié à la pauvreté. À partir de là, chaque élève est amené à rendre un travail qui l’invite à réfléchir à d’autres formes de violence et à les illustrer à l’aide d’au moins trois articles de son choix publiés sur trois sites imposés (Unicef, El País et Le Monde). Pour ce travail, c’est une nouvelle fois les capacités à faire preuve de sensibilité, d’esprit critique et de curiosité et à comprendre le sens général de documents écrits en langue étrangère qui sont sollicitées.
Enfin, les élèves qui le souhaitent peuvent rendre comme travail supplémentaire un poème acrostiche à partir du mot Violence ou Violencia. Pour les élèves qui s’impliqueront dans l’écriture de ce poème, la capacité à rédiger un texte bref en langue française ou en langue étrangère sera évaluée.

Compétences évaluées

Tous les élèves sont évalués en expression orale, compréhension orale et compréhension écrite en langue espagnole tout au long de la séquence « Vie d’enfants : un monde de contrastes ».

Place des langues

La place des langues est fondamentale. L’inscription au concours « C’est ton droit ! » s’inscrit dans la continuité d’une séquence en langue espagnole. Elle représente tant l’aboutissement d’une réflexion collective en classe entière sur la situation des enfants dans le monde qu’un approfondissement personnel mû par la proposition de s’impliquer dans un projet collectif pour défendre une association.
D’autre part, les professeurs d’anglais et le professeur d’éducation musicale seront amenés à travailler sur la chanson « My name is Luka » de Suzanne Vega dans le cadre d’un travail sur les violences domestiques, qui rejoindra et enrichira encore la réflexion des élèves sur le thème de la violence à l’encontre des enfants.
Enfin, afin de refléter le caractère malheureusement universel de la violence, nous souhaitons réaliser une vidéo en langues : en français, en espagnol, en anglais, en arabe, en albanais, en russe et peut-être même en chinois car nous avons la chance d’avoir des élèves de diverses nationalités impliqués dans ce projet.

Évaluation et indicateurs mis en place

Après la première phase de travail présentée, qui concerne tous les élèves hispanisants scolarisés en classe de troisième, nous souhaitons travailler avec un groupe d’élèves volontaires (une vingtaine d’élèves choisis parmi les plus motivés) pour être filmés et mettre en scène le fruit du travail de l’ensemble des quatre groupes. Cette dernière phase s’appuiera tout particulièrement sur le dire et le lire en langue française comme en langue étrangère (adapter son mode de lecture à la nature du texte proposé et à l’objectif poursuivi ; adapter sa prise de parole à la situation de communication).

Résultats et productions attendus

Nous envisageons la création d’une vidéo pour dénoncer les violences à l’égard des enfants à partir des articles choisis et des poèmes écrits les plus poignants. La mise en scène reste à définir avec les élèves.

Organisation pédagogique
Partenaire(s) éventuel(s)

La représentante locale de l'association "Maisha Africa" devrait venir présenter son association et ses missions aux élèves impliqués dans le projet.

Support(s) envisagé(s)

Utilisation de textes, reportages audiovisuels et supports iconographiques (affiches) pour réaliser une vidéo.

Calendrier

- Novembre-Décembre 2014 : séquence « Vie d’enfants : un monde de contrastes » en cours d’espagnol.
- Janvier 2015 : recherche d’articles de presse sur la violence à l’encontre des enfants et écriture de poèmes.
- Février 2015 : analyse de la chanson « My name is Luka » en cours d’anglais et en éducation musicale.
- Février/Mars 2015 : réflexion sur la mise en scène et réalisation de la vidéo, présentation de l’association « Maisha Africa » par un de ses représentants clunysois (en attente d'un accord officiel).

Organisme
Présentation de l'organisme local choisi pour son action en faveur des droits de l'enfant

L’association Maisha Africa a été créée en 2001 par l’ancienne Miss France clunysoise Sonia Rolland.
Maisha Africa aide à la reconstruction matérielle, sociale et psychologique des enfants d’Afrique, et en particulier ceux du Rwanda. Elle mène chaque année de nombreuses actions :
– financement de projets de scolarisation et d’insertion pour les enfants ;
– rénovation des habitations pour les enfants « chefs de famille » ;
– équipement d’habitations.
Actuellement, l’association « Maisha Africa » travaille à l’agrandissement d’une école à Ntarama (Rwanda).